Béatrice Iseni Sophrologue

La sophro c’est dans le corps : 4 raisons de ne plus douter

C’est ainsi que j’ai été sollicitée par une personne intéressée par l’idée d’une formation en sophrologie.  

Voilà les éléments de réponse que je lui ai apportés sans prétention d’exhaustivité, à partir de ma connaissance, de mon expérience et de ma pratique de sophrologue.

Pour ceux qui préfèrent lire :

La sophrologie est l’inverse de cette inquiétude, l’inverse d’être trop dans sa tête et pas assez dans son corps. Elle est une plongée délicate et profonde vers soi et vers la Vie, grâce et à travers le corps. 

  1.  Le corps est le socle de la sophrologie

Les sophrologues disent souvent que la sophrologie « peut se pratiquer n’importe où, n’importe quand, et ne nécessite pas de matériel spécifique, de tenue vestimentaire ni autre condition particulière » … Le seul incontournable pour vivre une séance de sophrologie, c’est de venir avec son corps … ça tombe bien, il n’est pas possible de faire autrement 😉

Parmi les exercices prépondérants, sont présents la respiration, la détente musculaire, le mouvement, l’accueil des sensations corporelles et, au moins l’un, si ce n’est plusieurs d’entre eux, sont intégrés à chaque proposition, y compris les visualisations qui, pour un non averti pourraient être associées à tort à un travail de la tête et de l’imagination.

  1. La sophrologie permet de rétablir l’équilibre entre le corps et l’esprit

Beaucoup d’entre nous sommes aspirés depuis longtemps par un mental, un intellect, très performant parce que très entraîné, qui a fini par prendre le pouvoir. Même parmi les personnes qui pratiquent un sport ou un art (chant, théâtre …), il est fréquent que le corps soit relégué au rang d’instrument devant se plier aux exigences du mental pour atteindre un objectif.

En apprenant à « redescendre dans le corps », à vivre son corps, la sophrologie redonne à chacun sa juste place, sans n’en dévaloriser aucun au détriment de l’autre … de manière à bénéficier des ressources, de la sagesse, de l’un et de l’autre … permettant ainsi à l’être de se libérer de ses chaînes, de ses luttes intérieures et de se déployer.

  1. La sophrologie est un guide bienveillant pour qui est en rupture avec son corps

… Tel était mon cas 😉 depuis tellement longtemps que je ne me souvenais pas qu’il en avait été autrement. Ses exercices simples, accessibles, sans autre contrainte que celle d’avoir envie de s’impliquer dans son mieux-être, et tellement efficaces, m’ont apprivoisée sans le moindre doute … ce qui ne veut pas dire sans aucune résistance.

Hyper exigeante, perfectionniste, dans le besoin de contrôler et de comprendre, rompue à l’analyse de mes ressentis, gauche et maladroite avec mon corps, ainsi qu’horriblement mal dans ma peau, je n’ai pas toujours cédé sans me rebiffer à l’appel de la douceur, de la bienveillance et de la confiance. Je suis reconnaissante à cette méthode de m’avoir guidé, dans le respect de mon rythme, sans renier aucune partie de moi, sans me brusquer dans les moments où je m’accrochais à mes conditionnements, du rejet souffrant et révolté de mon corps vers une complicité merveilleuse.

Pour ceux qui ont du mal avec le toucher, c’est une opportunité précieuse de se réconcilier avec leur corps sans y avoir recours.

Pour ceux qui sont obsédés par leur reflet dans le miroir, c’est une occasion appréciable de reprendre sa liberté en retrouvant une perception objective de son image.

  1. La sophrologie assouplit les cuirasses et ouvre les cœurs

Plusieurs psychologues avec lesquels je collabore m’ont signalé que le chemin parcouru en sophrologie permettait à leur patient de se détendre au sens propre comme au sens figuré et d’avancer ainsi plus vite, plus loin, dans le travail thérapeutique.

Je termine avec cette phrase d’Alfonso Caycedo qui fut pour moi une révélation et que je ne cesse d’explorer : « Prends soin de ton corps, il prendra soin de ta vie ».

Alors non, la sophrologie n’est pas trop dans la tête et pas assez dans le corps, tout au contraire … mais n’en déduisez pas pour autant qu’elle ne s’occupe que du corps, vous seriez encore dans l’erreur … la sophrologie s’occupe de l’être dans toutes ses dimensions et par là même de sa vie … mais ce n’était pas ici mon propos 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *