Béatrice Iseni Sophrologue

Emotivité – Témoignage de Suzon

Merci à elle pour sa confiance

Merci à elle de partager son expérience

Pour que vous puissiez oser faire le pas à votre tour

Suzon (27 ans) – 4 séances – Stress – Emotivité – Maux corporels

Je n’ai pas eu d’hésitation car j’avais déjà pratiqué la sophrologie plus jeune et j’en avais des souvenirs positifs. J’ai entamé ces séances parce que j’avais des difficultés à gérer mes émotions, mon stress, avec des répercutions sur mon état physique. Douleurs au plexus solaire, constipations, problèmes de digestions, nausées. Également des états dépressifs passagers.
En pratiquant la sophrologie je cherche à mieux canaliser mon stress et mon émotivité. Je souhaite mieux anticiper chaque situation difficile et relativiser chaque « problème » pour éviter que cela impacte sur ma santé physique. Ne plus avoir mal.

Pendant les séances, j’ai aimé me sentir écoutée mais surtout comprise. En exemple, je parlerais de mon alimentation qui a un impact sur mon mental et mes douleurs articulaires et au plexus… (alimentation riche en gluten et lactose). En plus de ma forte émotivité mon alimentation joue un rôle majeur sur ma santé psychique.
J’ai pu apprendre à m’écouter, me parler, m’aimer. (Accueillir et accepter les bonnes comme les « mauvaises » images…). Je pense à mon plexus et mes douleurs quotidiennes. Accueillir mes douleurs pour mieux comprendre pourquoi et les faire disparaître…

Ma situation a changé dans ma relation avec les autres. Je ne prends plus la négativité des gens. Je fais en sorte que cela ne m’atteigne pas. Au contraire, j’essaie de prendre que le positif. En sortant de vos séances, je me sens plus légère, plus détachée des soucis. (Malgré la dernière séance où il m’a été difficile de me détacher de mes problèmes). Elles aident à relativiser, elles transforment les émotions négatives en émotions positives. Cela améliore le quotidien, transforme nos valeurs… nous aide à prendre le temps, à prendre conscience de l’environnement qui nous entoure.

Il y a quelques années j’étais en colère, en colère d’avoir perdu ma maman, sentiment d’abandon et d’impuissance face à ce qui m’arrivait. Avec le temps et surtout depuis que je pratique la sophrologie seule ou accompagnée, j’ai appris à aimer la vie, à aimer les gens. J’ai pardonné, à ma mère, aux gens encore de ce monde… et j’ai arrêté de faire la guerre à ce qui n’en valait pas la peine. Se détacher pour moins souffrir.

La manière dont nous travaillons me convient tout à fait ! Cela me fait beaucoup de bien.

Vous êtes prêt vous aussi ?

Prenons rendez-vous